<script src='http://s1.wordpress.com/wp-content/plugins/snow/snowstorm.js?ver=3' type='text/javascript'></script> Côté KT - http://ktrolpoup.zeblog.com/ <link rel="alternate" type="application/xml" title="RSS Commentaires" href="http://ktrolpoup.zeblog.com/rsscom.php" /> <body>

Côté KT


<body>


Prédications :

Prédications / Dimanches et fêtes

Blog

Catégories

Calendrier

« Mai 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Liens

Derniers billets

Pages


Rechercher
dans les blogs 'rolpoup'


Fils RSS


Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

(Ɔ) - Citer avec le lien Côté KT
<script src="http://shots.snap.com/ss/052aabba95571680aaf32a0d71a38e43/snap_shots.js"></script> <object width="120" height="130" align="right"><param name="movie" value="http://pendulumclockgadget.googlecode.com/svn/trunk/pendulumClock.swf?up_lineColor=400B0B&up_hourOffset=0&up_numberColor=5e5107&up_logoText=ultima necat&up_faceColor=ecdfc5&up_minOffset=0&up_tick=true&up_halfChime=&up_clockName=Pendulum Clock&up_backgroundColor=FFFFFF&up_handColor=000000&up_hourChime=&up_quarterTilChime=&up_pendulumColor=5e5107&up_quarterChime=&"></param><param name="AllowScriptAccess" value="always"></param><param name="wmode" value="opaque"></param><embed src="http://pendulumclockgadget.googlecode.com/svn/trunk/pendulumClock.swf?up_lineColor=400B0B&up_hourOffset=0&up_numberColor=5e5107&up_logoText=ultima necat&up_faceColor=ecdfc5&up_minOffset=0&up_tick=true&up_halfChime=&up_clockName=Pendulum Clock&up_backgroundColor=FFFFFF&up_handColor=000000&up_hourChime=&up_quarterTilChime=&up_pendulumColor=5e5107&up_quarterChime=&" type="application/x-shockwave-flash" width="120" height="130" allowScriptAccess="always" wmode="opaque" align="right"></embed></object> <body> _____________________________________________________________________ <a name='e407339'></a>

Généalogie des protestantismes (7)

Par Rolpoup :: lundi 20 avril 2009 à 11:55 :: KT Adultes

 

 

(Cf. Programme de l'année)

 

7)                23 avril

- Piétisme & méthodisme

- Évangéliques & libéraux

 

 

Le Piétisme (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Pi%C3%A9tisme) — désigne un mouvement religieux que l’on origine dans la démarche du pasteur luthérien de Francfort, Philipp Jacob Spener (1635-1705). En 1670, cela a commencé par des collegia pietatis (collèges de piété) qui répondaient à une demande des participants d'approfondir leur piété. Une première théorisation est faite par Spener dans son ouvrage Pia desideria (1675) : il y insistait sur la nécessité d'une piété personnelle qu'il jugeait préférable aux développements rationnels et à la rigueur de l’orthodoxie.

 

Sur le plan pratique les premiers « collèges de piété » ont quelque chose de ce qu'on appelle aujourd'hui les groupes de prières. Il était naturel que de tels groupes, qui prônaient la tempérance pour eux-mêmes, remettent en question la vie dissipée des princes que les écrits de Spener irritèrent. Dans les campagnes de dénigrement qui s’en suivirent, relayés par des théologiens non-piétistes, le terme apparut avec sa connotation péjorative — dans le sens de fidèles confits en excès de prières ; en même temps leurs adversaires portaient sur eux l'opprobre, les taxant de schismatiques, sinon de sectaires.

 

*

 

À l'origine, il s'agissait donc d'un groupe de fidèles protestants luthériens qui organisaient des groupes de prière autour de leur pasteur (Spener) ; le fait nouveau et important est que chacun pouvait y prendre la parole ; le fait, troublant pour l'époque, était que les laïcs eux-mêmes pouvaient prétendre à y analyser les Saintes Écritures.

 

Ce fonctionnement collégial les avaient amenés très rapidement à la constatation qu'il y avait trop de formalisme dans la pratique religieuse et que l'on accordait plus d'importance au savoir et à la connaissance qu'à la pratique individuelle de la prière et donc à la spiritualité. En ce sens, et de l'intérieur, ce groupe se posait donc en parfait continuateur de Luther.

 

Ses adversaires, et tout particulièrement les princes de l'époque et leurs émissaires, taxaient ce mouvement d'exagération de piété et de démonstration ostentatoire de piété ; ceci était précisément le contraire de son sens véritable. Cette accusation s'appuyait sur l'affirmation qu'ils préféraient les exercices privés aux cultes publics.

 

Le mouvement piétiste s'inscrivait dans un courant de recherche religieuse que l'on peut trouver aussi chez les Quakers pour la sévérité de leur morale et leur aversion pour les plaisirs mondains, chez les Méthodistes en ce que quiconque se sent inspiré peut prendre la parole dans leurs assemblées, ou bien en France, chez les jansénistes.

 

Le piétisme inspirera aussi des personnalités comme Kant ou Lessing. Par bien des aspects, La religion dans les limites de la simple raison de Kant, peut sembler s'inspirer des Pia desiderata.

 

*

 

Les réunions des piétistes d'Alsace, patrie d'origine de Spener, qui avaient lieu surtout à Bischwiller, près de Strasbourg, se multiplieront jusqu’au XIXe siècle ; elles donneront lieu à des poursuites vers 1825.

 

Le mouvement se développa jusqu’à Berlin, et dans la toute nouvelle université de Halle fondée en 1691, sous la férule d'un des principaux disciples de Spener, August Hermann Franke, il se répand dans toute l'Allemagne.

 

On retrouve des piétistes en Moravie, en Russie, dans les Pays baltes, aux Pays-Bas, en Angleterre et en Amérique.

 

Le sobriquet de piétistes finit par être assumé et revendiqué (comme il est coutumier pour les sobriquets).

 

Un de ses représentants célèbres est le comte de Zinzendorf (Nikolaus Ludwig von Zinzendorf), en Moravie. Disciple de Franke au collège de Halle, son rôle est décisif dans le Réveil morave.

 

Sous son influence, la Fraternité Morave reçut et perpétua la passion de son responsable. « Un sceau fut conçu pour exprimer leur zèle missionnaire qu'ils venaient de découvrir. Le sceau était composé d'un agneau sur une terre rouge cramoisi, de la croix de la résurrection et d'une bannière de triomphe avec l'inscription : "Notre Agneau a vaincu, suivons-Le." Les Moraves se reconnaissaient eux-mêmes comme redevables vis-à-vis du monde pour lui apporter l'Évangile dont ils se considéraient les administrateurs. On leur enseigna à embrasser un mode de vie centré sur le renoncement à soi, le sacrifice et l'obéissance immédiate. Ils répondirent à l'appel de l'Agneau d'aller partout, particulièrement dans les endroits les plus durs et les pires, qu'ils considéraient prioritaires. Comme pionniers, ils furent plus audacieux qu'aucun autre soldat de la croix ; il n'y a jamais eu d'hommes plus patients ou persévérants dans les difficultés, ou plus héroïques dans la souffrance, ou plus entièrement consacrés à Christ et aux âmes humaines que ne le furent les hommes de la Fraternité Morave. » (Cf. http://sentinellenehemie.free.fr/bio_zinzendorf.html)  

 

*

 

Influencé par les Frères Moraves et le Mouvement du Réveil, un Anglais, John Wesley vit, en 1738, une expérience de conversion.
(Cf. http://rolpoup2.zeblog.com/2007/02/7)  

 

John Wesley est un prêtre anglican britannique du XVIIIe siècle et le fondateur du méthodisme.
(Cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Wesley ;

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thodisme)

 

Né le 17 juin 1703, John Wesley est le quinzième enfant du révérend Samuel Wesley, recteur (vicar) de la paroisse anglicane d'Epworth (Lincolnshire), et Suzanna Wesley, une mère pieuse, mais exigeante. Ses deux parents venaient de familles non conformistes (c'est-à-dire ayant rompu avec l'Église d'Angleterre / cf. les puritains). En 1720, il s'inscrit à l'Université d'Oxford, où il refuse de faire sienne la vie dissolue des étudiants. Il forme le « Club des Saints » (Holy Club) avec d'autres étudiants, dont son frère Charles, et George Whitefield (1714-1770 – cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Whitefield). Whitefield sera pasteur de l'Église d'Angleterre et l'autre grand leader du méthodisme. À la différence de John Wesley, Whitefield s’en tiendra la doctrine classique (calviniste) de l’élection et de la prédestination, que Wesley abandonnera.

Le « Club des Saints » se réunissait pour prier et faire des exercices spirituels ponctuellement, ce qui leur a valu le qualificatif de méthodistes "à cause de la régularité et l'esprit de méthode" apportés par ses membres dans leurs pratiques religieuses. Diplômé en 1724, Wesley est ordonné prêtre anglican en 1728 par l'évêque d'Oxford, John Potter, qui devait par la suite être nommé archevêque de Cantorbéry.

 

Il partit aux États-Unis pour prêcher, mais sans avoir, dit-il, la conviction de son propre salut. Lors du voyage de retour, il partageait le bateau avec des missionnaires moraves, et fut très impressionné par leur foi inébranlable malgré une tempête.

 

Cela le poussait à une rencontre personnelle avec Dieu, qu’il vécut le 24 mai 1738 : « à neuf heures moins le quart environ, tandis qu'on lisait le passage où Luther décrit la transformation que Dieu produit dans le cœur qui croit en Christ, je sentis mon cœur se réchauffer étrangement. Je sentis que je me confiais en Christ seul, pour mon salut. Je reçus l'assurance qu'il m'avait purifié de mes péchés, de tous mes péchés et qu'il m'avait sauvé de la loi du péché et de la mort » (The journal of John Wesley, éd. Chicago, Moody Press, s.d. trad. W. H. Guiton, Wesley d'après son journal, Bruxelles-Paris, Publication méthodistes, s.d., p. 16.)

 

John Wesley se met alors à annoncer la Bonne Nouvelle du salut offert à tous les hommes, par la foi. Il rencontre bientôt une vive opposition de la part de l'Église établie. Dans la ligne puritaine et piétiste, il tient pour une expérience personnelle avec Dieu. Sa foi se traduit dans sa préoccupation sociale chrétienne développée dans ses visites des mines de charbon. Sa théologie se retrouve dans ses « Sermons ». Wesley s'entoure de prédicateurs laïcs. Il sillonne la Grande-Bretagne - préparant ses sermons, lisant et écrivant à cheval. Prédicateur infatigable, il parcourt plus de 400 000 km, la plupart du temps à cheval, et prononce plus de 40 000 sermons. « Le monde est ma paroisse », déclare-t-il. Contribuant à la création d'écoles et d'organismes sociaux pour lutter contre l'ignorance et la pauvreté, il sera l'un des premiers à s'élever contre l'esclavage.

 

Wesley finit par rompre "de facto" avec l'Eglise anglicane en 1784 — à contrecœur. L’acte qui consomma de façon évidente la rupture eut lieu en deux temps : le 1er septembre 1784, dans une maison de Bristol, il consacra diacres deux de ses prédicateurs itinérants. Le lendemain, il les ordonna « anciens » (« elders »), c'est-à-dire prêtres, et ordonna son ami Thomas Coke « inspecteur » (« superintendent »), concrètement évêque. Ces événements sont rapportés dans le Journal de John Wesley. Pour chacune de ces consécrations, il utilisa le rituel du "Book of Common Prayer", bien que ce dernier précisât dès son préambule que seul un évêque peut conférer les ordres.

 

À sa mort, en 1791, on comptait environ 70 000 méthodistes en Grande-Bretagne et 60 000 aux États-Unis.

 

*

 

Une des caractéristiques du protestantisme est née, un courant revivaliste, qui finira par porter le nom d’évangéliques, et qui influencera tant la branche orthodoxe que la branche que l’on appellera libérale :

- la branche orthodoxe, car le mouvement évangélique issu du piétisme et du méthodisme adhère aux doctrines classiques du christianisme et du protestantisme orthodoxe ;

- la branche libérale car comme elle par la suite, le mouvement piétiste revendique dès le départ la primauté de la foi sur les doctrines, même si contrairement au libéralisme, il entend en général, fût-ce avec souplesse, s’y tenir.

 

Le méthodisme est une branche importante du protestantisme mondial, notamment en Afrique.

 

En France, l'Église méthodiste existe jusqu’à aujourd'hui sous différentes dénominations. Mais la majorité des Églises méthodistes ont rejoint en 1938 l'Église réformée de France.

 

 

 

 

<h2 style="margin-top:10px;">Trackbacks</h2> <div id="trackbacks"> Pour faire un trackback sur ce billet : http://ktrolpoup.zeblog.com/trackback.php?e_id=407339</div> <h2>Commentaires</h2> <div id="commentaires"> Aucun commentaire pour le moment. </div> <h2>Ajouter un commentaire</h2> <div id="commentaires"> <form action="http://ktrolpoup.zeblog.com/blog/post_comment.php" method="POST" name="info"> Nom ou pseudo :<br /> <input type="text" name="nickname" value=""><br /><br /> Email (facultatif) :<br /> <input type="text" name="mail" value=""><br /><br /> Site Web (facultatif) :<br /> <input type="text" name="site" value="http://"><br /><br /> Commentaire :<br /> <textarea rows="7" cols="35" name="contents"></textarea><br /><br /> <script type="text/javascript" src="http://www.google.com/recaptcha/api/challenge?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9"></script> <noscript> <iframe src="http://www.google.com/recaptcha/api/noscript?k=6LcHe78SAAAAACvNmn8r7o_IvU9s8JslHKL-6Sc9" height="300" width="500" frameborder="0"></iframe><br/> <textarea name="recaptcha_challenge_field" rows="3" cols="40"></textarea> <input type="hidden" name="recaptcha_response_field" value="manual_challenge"/> </noscript> <input type='submit' class='button' value='Envoyer'>&nbsp; <input type='hidden' name='task' value='dopost'> <input type='hidden' name='u' value='ktrolpoup'> <input type='hidden' name='e_id' value='407339'> <input type='hidden' name='titre' value='Généalogie des protestantismes (7)'> <input type='hidden' name='IP' value='54.81.0.22'> <input type='hidden' name='temps_secs' value='D0.9&,=*D' /> </form> </div>
Copyright © Côté KT - Blog créé avec ZeBlog